Les moyens structurels pour éviter et faire face aux mauvais payeurs

De nombreuses PME travaillent avec une agence de recouvrement pour récupérer les dettes venant d’un mauvais payeur. Cela représente toutefois un coût qui peut être important, mais son service vaut la peine. C’est à cause de cette éventualité qu’on doit prévenir contre les mauvais payeurs. Cela doit être une obligation. Voici quelques astuces pour prévenir et faire face à ce fléau.

Proposer un acompte ou rien

au moment de la signature d’un contrat général de vente, le client doit verser un acompte pour garantir les échanges commerciaux. Son montant doit au moins couvrir l’achat de matériel ou de produit. Pour un service, on peut le proposer un paiement après qu’un tiers des travaux a été réalisé. S’il s’y oppose, il faudrait prendre conscience que cela peut être un mauvais payeur. Il faut ainsi cesser les travaux.

Dans le cas de mauvais payeurs, le recours à un cabinet de recouvrement ou à un avocat a peu d’intérêt si c’est moins de 1000 euros. On incite les clients à payer par le contact visuel et téléphonique pour parvenir à une entente. Si la mauvaise foi est avérée, on doit envoyer un recommandé au mauvais payeur, l’avertissant de sa prochaine mise en demeure et lui notifiant les intérêts de retard dus.

Réagir aux premiers signes de retard

Le délai fixé par la loi de modernisation de l’économie pour le paiement d’une marchandise ou d’une prestation de service est au maximum de 30 jours de retard. Il est possible de convenir contractuellement d’une autre durée selon un accord mutuel. Toutefois, elle n’excède pas les 60 jours à compter de l’émission de la facture. Attendre la date butoir pour relancer le client est une grosse erreur. Au contraire, on doit absolument s’assurer très tôt l’envoi de la facture. Ce dernier doit être reçu et en cours de traitement par le service compétent et qu’aucun aléa ne risque de bloquer le paiement. On peut envoyer un courrier de rappel une semaine avant l’échéance. Comme le proverbe dit, mieux vaut prévenir que guérir. Ainsi, il faut toujours se renseigner sur le mode de fonctionnement en vigueur du client. Il est nécessaire de connaître le décisionnaire en matière de paiement, l’exécutif et le signataire des chèques. En cas de problème, il suffit d’appeler ces responsables. On gagnera un temps précieux.

Engager une agence de recouvrement

Une agence du recouvrement est un prestataire qui travaille pour le compte d’une personne morale ou physique. Il présente plusieurs avantages. Le simple fait d’engager un professionnel suffit à persuader certains débiteurs sur la détermination des actions de recouvrement. On a aussi un moyen de pression palpable, car l’agence de recouvrement va sans nul doute harceler les mauvais payeurs par téléphone et par courriers recommandés.

Cependant, on doit toujours être ouverte à une solution à l’amiable et à la conciliation, laissant aux deux parties la possibilité de trouver un arrangement. C’est de cette façon qu’on ne perd pas ses clients à cause d’un oubli de paiement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.