Saviez-vous que l’Ikat est l’une des techniques de teinture les plus anciennes utilisées jusqu’à ce jour ? Cet art remonte au 6e siècle et fait partie des vestiges chinois avant de se répandre partout en Asie, au Moyen-Orient et en Inde. Après avoir traversé des siècles d’histoire, l’Ikat est aujourd’hui présent dans la plupart des civilisations et il s’invite aujourd’hui dans la décoration d’intérieur. Dans ce qui suit, découvrez comment ce tissu est fabriqué et comment vous pourrez l’adopter chez vous.

L’Ikat, une technique complexe et sophistiquée

Comme nous venons de le dire, l’Ikat est une technique de teinture appliquée sur les fils avant même qu’ils ne soient tissés. L’objectif de ce procédé, c’est de colorer les fils afin de donner naissance à des motifs graphiques. Le tissage consiste à alterner les parties teintées et celles qui ne le sont pas. Afin de délimiter les parties du fil à teinter, des nœuds seront réalisés, ce qui permettra à certaines zones de conserver sa couleur naturelle.

L’Ikat vous fera découvrir un univers où le numérique et la discontinuité se mélangent afin de donner naissance à des motifs sur l’étoffe elle-même. Il faut aussi reconnaître que la fabrication de l’Ikat est longue et que des rituels et des interdits doivent être respectés, prolongeant la durée de la confection du tissu. C’est ce qui caractérise l’Ikat fait-main par rapport aux modèles industriels.

L’Ikat, un savoir-faire qui fait toute la différence

Saviez-vous que le tissu confectionné suivant la technique Ikat est reconnaissable grâce à ses caractères visuels ? En effet, ce tissu dégage une sorte d’aura interne qui fait vibrer les contours des motifs. Cela s’explique certainement par la technique de la teinture floutée comme pour le tie and dye. Vous découvrirez une nette séparation entre la teinture qui pénètre dans le tissu et celle qui ne l’est pas. Vous pourrez aussi remarquer des variations au niveau des contours parce que la tension exercée au cours du tissage varie également.

Sachez également que l’énergie dégagée par ce tissu dépendra du fil utilisé pour son tissage. En effet, la vibration n’est pas la même pour la soie, le coton ou la laine. Cette différence réside dans l’élasticité des fibres en question. Il faut aussi savoir que plus le tissage est de très bonne qualité, plus le côté vibré du tissu demeure très présent. Ainsi, vous pourrez reconnaître un Ikat de très bonne qualité respectueux d’un savoir-faire ancestral.

L’un des meilleurs spécialistes connus en France pour son Ikat très respectueux des traditions est la Maison Khel qui vous propose de nombreux objets d’exception !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *